MODISTE

Une passion déjà bien ancrée

Passionnée par l’univers des accessoires et particulièrement des chapeaux, Blanche collectionne les chapeaux et les boîtes à chapeaux depuis qu’elle est enfant. Elle a beaucoup arpenté les brocantes avec son père. Gourmande de chapeaux, elle en a toujours porté, surtout ceux des Années Folles.  La fibre artistique était là très tôt : dessin, peinture et piano ont jalonné son enfance et son adolescence. Et puis la sœur de son grand-père maternel, « tante Pauline » couturière parisienne fantastique et fantasque, qui habillait de si jolies gravures de mode aux femmes chapeautées, a certainement laissé son empreinte…

Avant de devenir modiste

Le métier de modiste, Blanche l’a embrassé par des chemins détournés et bien des détours.

Diplômée d’une maîtrise de droit privé en 1992, le contact avec l’humain lui manquant, elle s’oriente comme éducatrice à La Protection Judiciaire de la Jeunesse et à l’Aide Sociale à l’Enfance de 1996 à 2005.

Enfin, fille d’une famille maternelle d’exilés, elle rejoint la demande d’Asile de 2006 à 2018.

C’est suite à sa rencontre avec la sculpture et donc avec Gilbert qu’elle épousera en 2005, que Blanche se rapproche des chapeaux. Et oui, car des sculptures, ne naissent que des chapeaux en terre et en pierre…

De l’apprentissage à la perfection

En 2004, Blanche s’essaye seule à la réalisation d’un chapeau fait avec un vulgaire morceau de feutrine, autour d’un saladier. Elle ne sait alors ni coudre, ni utiliser une machine à coudre. Elle se forme dans un premier temps à la technique du feutre au Centre de formation de Chazelles-sur-Lyon, fief du feutre de poil de luxe.

Elle investit ensuite des moules à une modiste réputée de l’avenue Gambetta à Roanne, Jeanne LAUNAY. Celle-ci, qui se retire de la profession, lui propose de lui transmettre son savoir-faire. Ainsi, pendant plusieurs mois, tous les vendredis, elle apprend le travail de la sparterie, de la paille, de la fourrure, etc.

En 2006, le rachat d’une entreprise italienne de 3 générations de chapeliers ouvre encore l’horizon en permettant à Blanche et Gilbert d’acquérir un catalogue complet de formes en bois.

En 2018, à force de jongler entre toutes ses activités professionnelles, le burn-out « sonne à la porte » et c’est depuis janvier 2019 l’occasion bienheureuse pour Blanche, d’enfin se consacrer exclusivement au métier de modiste.

 

error: Le contenu est protégé !
0
Votre panier